https://www.trobadescamus.com/wp-content/uploads/2022/04/elia_suleiman-320x320.jpg

Elia Suleiman


(Nazareth, Palestine, 1960) est un acteur et un cinéaste palestinien ayant une grande expérience dans la réalisation et dans l’écriture de scénarios. Souvent comparé aux cinéastes Jacques Tati et Buster Keaton, Elia Suleiman traite aussi bien le burlesque que le sérieux avec un sens poétique similaire.

Pendant son séjour aux États-Unis, il réalise ses deux premiers courts métrages : Introduction à la fin d’un argument et Hommage par assassinat, grâce auxquels il remporte de nombreux prix. En 1994, il s’installe à Jérusalem, où il est chargé par la Commission Européenne de créer un Département Cinéma et Média à l’Université de Birzeit.

Son premier long métrage, Chronique d’une disparition, a remporté le prix du meilleur premier film au Festival de Venise en 1996. En 2002, Intervention divine a remporté le Prix du Jury et le Prix FIPRESCI de la Critique Internationale du Festival de Cannes, ainsi que le Prix du Meilleur Film Etranger aux Prix Européens de Rome. En 2007, il a été choisi comme l’un des 35 réalisateurs de Chacun son cinéma, un film collectif pour le 60e anniversaire du Festival de Cannes. Le Temps qu’il reste a participé à la compétition officielle du Festival de Cannes en 2009. En 2012, il réalise un court métrage intitulé Diary of a beginner qui est l’un des chapitres du long métrage collectif intitulé Sept Jours à La Havane. Le film a figuré dans la section officielle Un Certain Regard du Festival de Cannes. Son dernier long métrage, intitulé C’est ça le paradis, a obtenu la Mention Spéciale du Jury à Cannes en 2019 et le Prix FIPRESCI de la Critique Internationale au Festival de Cannes.